Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DOM

mercredi 6 octobre 2010 par Marise Dantin Secrétaire Générale

L e 20 Septembre à la Bourse du Travail, l’Assemblée Générale consacrée au DOM -TOM a réuni des camarades venus de divers horizons Les discussions se concentrèrent d’emblée sur les problèmes liés aux congés bonifiés. Le président de la séance a rappelé que la remise en cause de cet acquis obtenu par nos luttes ne date pas d’aujourd’hui, mais que jusqu’à présent la détermination des camarades a fait reculer les gouvernements successifs.

Cependant, plusieurs témoignages attestèrent que, de fait, le droit aux congés bonifiés est de plus en plus souvent remis en cause, notamment dans les hôpitaux où le manque de personnel de plus en plus criant dans les services permet à certaines directions de refuser à des agents un départ en congés bonifiés, en arguant de la nécessité de continuité du service public de soins. Donc, de fait, on supprime du personnel pour pouvoir ensuite supprimer les droits du personnel restant...

Tous les aspects des difficultés liées aux congés bonifiés furent abordés : suppression du fret, prix exorbitant des billets (visés par un remboursement progressif) surcout du séjour liés à la vie chère dans les DOM-TOM. 

Furent abordés aussi des sujets plus généraux et spécifiques au DOM-TOM, comme par exemple l’impossibilité de se rendre, hors congés bonifiés, à des évenements familiaux importants (précisemment à cause du prix des billets) comme les mariages et les enterrements.

La discussion, souvent très animée, a eu parfois tendance à se perdre dans le récit d’anecdotes personnelles, mais qui témoignaient toutes de façon émouvante d’un désarroi humain.

Certains rappelèrent, notamment notre Secrétaire Générale ROSE MAY ROUSSEAU, que les problèmes DOM-TOM avaient leur place en fait dans des problèmes concernant tous les citoyens, à savoir l’attaque généralisée contre les droits des travailleurs et contre l’ensemble des services publics. La Secrétaire Générale des syndicats CGT de Guadeloupe, puis le président de la séance, dénoncèrent l’hypocrisie des gouvernements successifs. En effet, soit les DOM-TOM sont parie intégrante de la République, et ils doivent bénéficier des mêmes droits et services que les citoyens, soit on continue à les considérer comme des "colonies" 

Bernard GUISTI et Viviane Membrilla CGT Saint Vincent de Paul