Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Compte Rendu de la CME du 25 avril 2013

vendredi 26 avril 2013 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint

En Anesthésie Réanimation, des médecins contractuels resteront en place jusqu’à la régularisation de leur situation.

Concernant l’Urologie, le dossier avance, des propositions seront faites rapidement. L’Urologie ira en totalité à PR1.

Sur PR2 où il y aura 350 lits, pas d’imagerie médicale pour le moment. Perspectives d’installation d’une imagerie sur PR2.

Un effort doit être effectué concernant le codage centralisé, les dysfonctionnements actuels entraînant une perte de recettes. Il va falloir revoir l’organisation dans les services.

La fermeture du SAU de l’Hôtel Dieu a été validée par la CME Centrale et se fera dès qu’il n’y aura plus de structures de soutien à l’HD. Le Projet sur l’HD sera prochainement validé en CMEC.

Le SMUR est ouvert 24h/24, préférentiellement sur l’HD la nuit.

Transferts de services HUPC sur le nouvel HD

Installation et développement sur Cochin d’un service consacré aux cancers de la femme.

Réa Chir : 6 lits sur HD transférés sur Cochin où il y aura 8 lits.

Intervention d’un médecin d’anapath : La fusion Anapathologie de HD et Cochin pose problème et crée une situation explosive.

6 lits d’Hématologie seront localisés provisoirement à Achard.

La Médecine Interne sera en totalité à Cochin et comptera au 1er novembre 70 lits.

Le Pr Chaussade s’interroge sur les moyens ou non de garder le Centre anti-douleur sur l’HD.

Budget : la fin 2012 a vu une activité qui augmente en flèche, avec diminution des dépenses et augmentation des recettes.

Le déficit prévisionnel en 2012 était de 552 millions d’euros, il a été de 552,1 millions d’euros.

Pour 2013, on ne connaît pas encore la somme qui sera allouée par le Siège (ONDAM), mais étant donné la très faible croissance en France il ne faut pas s’attendre à ce que ce soit plus qu’en 2012.

Les directives de Mireille Faugère entraînent elles aussi un effort supplémentaire dans la réduction des dépenses et l’augmentation des recettes.

M. Houssel parle d’une "dynamique positive". Il met l’accent sur deux points qui posent problème : un codage non exhaustif qui entraîne une diminution des recettes, et une augmentation des dépenses médicales. M. Houssel engage les médecins à mieux contrôler leurs dépenses.