Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Compte rendu de la réunion entre la CGT, les IBODE, IDE, AS du bloc ortho, et la direction

jeudi 22 décembre 2011 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint

La réunion a eu lieu au bloc opératoire le 21-12-2011 de 15h15 à 16h30. 

Etaient présents : 5 représentants CGT, 7 IBODE et IDE, 1 AS, la Direction des Soins Infirmiers (DSSI) et la DRH, puis le Chef du Service Orthopédie
 
Bernard Giusti (permanent CGT) ouvre la séance en rappelant la motion remise au Directeur du site, les revendications des IBODE, et en faisant part de la teneur d’une conversation téléphonique entre la Direction des Soins Infirmiers et lui.
La Direction des Soins Infirmiers indique qu’elle était au courant de la situation et relit la motion. Elle informe les personnes présentes que l’ouverture des blocs 24h/24 ne se fera pas le 2 janvier comme prévu, mais début février, l’ARS ayant donné son accord.
La DRH indique que « l’ordre de marche » avant février sera de tester le système d’astreintes proposé par la direction, car « c’est une chance pour Cochin pour augmenter l’activité ».
Une IBODE présente le système d’astreintes actuel et dit qu’il faut recruter 2 postes et demi d’IBODE ou d’IDE « faisant-fonction »
Antoine Le Goff (ASHQ, délégué CGT) fait remarquer que le statut de faisant-fonction n’existe pas à l’APHP
Après un échange polémique entre la direction et M. Le Goff (CGT) la Direction des Soins Infirmiers poursuit en indiquant que de plus de 500 transferts vers l’extérieur au début 2011, on a diminué d’un tiers et on est passé à 200 à 300 transferts en fin d’année. Elle indique qu’avec une première montée en charge de travail en janvier, on pourra voir comment ça fonctionne ; les chirurgiens, dit-elle, opèrent jusqu’à 22-23 h.
Bernard Giusti (CGT) fait remarquer que l’on sait que les chirurgiens d’orthopédie opèrent généralement jusque vers minuit, mais qu’ensuite le travail du personnel ne s’arrête pas là puisqu’il faut reconditionner la salle, s’occuper du patient, etc., soit au moins deux heures de plus. Il dit que l’embauche reste la solution adéquate.
La Direction des Soins Infirmiers et la DRH parlent de leur difficulté à recruter des IBODE. La Direction des Soins Infirmiers craint que les IBODE de nuit ne s’ennuient et perdent leurs capacités professionnelles faute de pratique… Elle n’est pas opposée à l’embauche de 2 IBODE de nuit mais insiste sur la difficulté de recrutement.
Bernard Giusti (CGT) s’étonne que sur l’ensemble de l’APHP il n’y ait pas un seul IBODE ou IDE qui serait intéressé par un poste en ortho…
 
Sur l’ensemble de l’équipe, 5 IBODE et IDE sont favorables aux astreintes, 12 les refusent. Mais la majorité du personnel présent était favorable aux astreintes ce qui fait que tout au long de la discussion il fut beaucoup question de la rémunération des astreintes. Finalement, un consensus semble se dessiner entre la direction et le personnel favorable aux astreintes : une « surprime » correspondant à 50% du temps réel d’astreinte serait accordée en plus de l’indemnité d’astreinte. La direction n’y est pas opposée et dit qu’elle va y réfléchir.
Marianne Sainty (IDE, déléguée CGT) se fait la porte-parole de la majorité du personnel non présent et opposé aux astreintes en disant que pour eux ce n’est pas une question d’argent.
La Direction des Soins Infirmiers ironise en disant que c’est un comble que la CGT dise que l’argent ce n’est pas important.
Marianne Sainty (CGT) et une IBODE disent que ce n’est pas le sens de leurs propos, mais que la majorité du personnel préfère privilégier sa vie personnelle. En outre, l’équipe de jour fonctionne en sous-effectif, ce qui entraîne déjà une surcharge de travail conséquente. Les astreintes seraient une charge de travail supplémentaire.
Bernard Giusti (CGT) dit que le recrutement de 5 postes (3 manquant de jour + 2 de nuit) reste la priorité et que la CGT est tout à fait d’accord pour qu’il y ait à la fois recrutement de personnel et surprime. Il revient sur la mise en place d’un système d’astreintes avant même que le personnel nécessaire ne soit embauché.
La DRH parle des obligations de notre hôpital dès lors qu’il s’est engagé auprès de l’ARS à ouvrir 24h/24.
Bernard Giusti (CGT) précise que personne n’est opposé à ce que l’hôpital se développe, mais dit que c’est la direction qui s’est engagée et que par conséquent c’est à la direction de mettre en place les moyens nécessaires à sa politique, et non pas au personnel d’en supporter les conséquences. Il ajoute que la chirurgie de l’Hôtel Dieu arrivant, l’activité de nuit va se développer.
La Direction des Soins Infirmiers rétorque que l’Hôtel Dieu n’arrivera pas avant un an.
Une IBODE et une AS font remarquer que dès que l’ouverture des blocs se fera 24h/24 les pompiers, SAMU, etc., se dirigeront sur Cochin, ce qui augmentera l’activité. Une AS demande ce qu’il en sera des AS.
La Direction des Soins Infirmiers indique que des discussions ont lieu et ont lieu spécifiquement pour les AS (à la fin de la réunion, la DRH précisera qu’un poste d’AS est en cours de recrutement).
 
La discussion va se poursuivre autour des mêmes thèmes.
 
Le Chef du service d’Orthopédie, arrivé à la fin de la réunion, fait une déclaration consensuelle prenant en compte le développement de l’hôpital et du service, le développement d’activité, et les charges de travail du personnel. Il indique notamment que les chirurgiens feront leur possible pour que les interventions se fassent dans la journée, ne réservant pour la nuit que les cas d’urgences orthopédiques que l’on ne pourrait pas inscrire en priorité le lendemain matin (ce qui devrait être rare selon lui). Il indique aussi que les interventions ne nécessitant pas un matériel orthopédique spécifique seront traitées sur Pasteur.
 
Bernard Giusti (CGT) relève que la discussion est restée sur deux axes principaux, le recrutement et les primes. Il suggère qu’une nouvelle réunion ait lieu vers la fin de la première semaine de janvier, les IBODE ayant exprimé à plusieurs reprises le souhait de se réunir entre eux et de discuter à nouveau.
La Direction des Soins Infirmiers déclare qu’elle est d’accord et qu’à ce moment-là elle examinera les propositions du personnel.
Marianne Sainty (CGT) et une IBODE font remarquer que c’est à la direction de faire des propositions.
Finalement, la Direction des Soins Infirmiers et la DRH proposent une nouvelle réunion vers le 9 janvier.
La CGT et les IBODE approuvent.
 
Compte Rendu établi par Antoine Le Goff et Bernard Giusti