Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

DEMARRAGE DES ARS : REFUSONS L’INACCEPTABLE !

vendredi 5 novembre 2010 par Marise Dantin Secrétaire Générale

Arrivées le 1er Avril 2010, les Agences Régionales de Santé (ARS) regroupent aujourd’hui les compétences et les personnels des anciennes ARH (Agences Régionales de l’Hospitalisation) mais aussi les DDASS (Direction Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales) ......et la branche maladie de la Sécurité Sociale.Leur Directeur Général, qui est nommé en Conseil des Ministres, règne en maitre absolu sur l’ensemble des activités des secteurs sanitaires (hospitalier et ambulatoire) et médicosocial.

Il nomme et révoque les Directeurs d’établissements et leur impose sa politique dans le cadre des Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens. Malgré un discourt de démocratie sanitaire lié à la mise en place de la Conférence Régionale de Santé et d’Autonomie et, du Conseil de surveillance, ces instances n’ont qu’un pouvoir restreint, le Directeur Général n’ayant de comptes à rendre qu’aux hommes politiques qui l’ont choisi.

Pressé par les échéances électorales de 2012, l ’Elysée leur a commandé des nouveaux Schémas Régionaux de l’Organisation Sanitaire pour juillet 2011, afin d’appliquer les dernières retouches à la restructuration de l’offre de soins en France, laissant la part belle aux opérateurs privés à but lucratif. La loi HPST a prévu d’ organiser les conférences de territoire censées etre des structures d’échanges et de dialogue démocratique de proximité en charge d’élaborer le projet sanitaire et medico-social du territoire base de l’élaboration des Schémas Régionale de l’Organisation Sanitaire. Les ARS contournent l’ obstacle démocratique en imposant des territoires immenses en complet décalage avec les réalités du terrain.

De toutes les façons, la ligne de route en a été fixée par SARKOZY en collaboration avec Raoul Briet, Conseiller Maitre à la Cour des Comptes et tout nouveau Président du Conseil de Surveillance de l’Assistance Publique Hopitaux de Paris : Reduire drastiquement le budget consacré aux Missions d’Interet Général qui concernent aujourd’hui le secteur public.

En ce sens, l’exemple de l’ARS Ile de France est probant. A peine arrivé le Directeur Claude Evin propose de ne faire qu’un seul territoire de Paris et sa petite couronne, il concocte une cure d’amaigrissement pour l’AP HP qui passe de 37 à 12 établissements, annonce la réduction de l ’enveloppe régionale de 20 % dès 2010 et propose de réduire de 53 à 7 le nombre de bloc chirurgicaux opérationnels hors de Paris après 18 h en semaine et fermeture de ceux ci les week end et jours feriés, de limiter les permanences de radiologie à un seul site par département, aux meme horaires, avant de s’attaquer aux autres lignes de garde de la permanence des soins hospitalière (laboratoires, réanimations...)

Avec la mise en place des ARS, c’est bien encore un acte de la casse du service public hospitalier qui est lancé.