Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Déclaration à l’occasion de la pose de la première pierre du nouveau bâtiment de l’Ophtalmologie le 3 décembre 2015

jeudi 3 décembre 2015 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint, Marise Dantin Secrétaire Générale

La CGT Cochin s’insurge contre la manière dont vous avez imposé la réorganisation du temps de travail à l’APHP en ne négociant qu’avec un syndicat très minoritaire, la CFDT. A Cochin ce syndicat ne représente que 14% des agents.
En agissant ainsi, vous piétinez la loi sur la représentativité, adoptée à une époque où vous étiez au gouvernement, qui préconise qu’un accord ne peut être valide qu’avec l’aval d’au moins 50% des représentants du personnel.
A Cochin, plus de 50% des représentants du personnel sont hostiles à cette réorganisation.
Si la CGT Cochin est attentive à la meilleure qualité des soins possible, il ne saurait être question que cela se fasse au préjudice du personnel. Dans un hôpital déjà gravement mis en difficulté par des sous-effectifs criants, générateurs de stress et de fatigue pour les agents, on peut se demander comment vous pouvez encore nous retirer des jours de repos. Ces repos ne sont pas « superflus », loin de là. Ils sont précisément nécessaires pour que les agents puissent assurer convenablement leur mission, sans mettre en danger ni leurs patients, ni leur propre santé.
Comment pouvez-vous parler d’amélioration de l’offre de soins alors que dans le même temps vous fermez le Centre d’addictologie à Cochin avec au passage la suppression de postes ?
Les agents de Cochin qui sont déjà en difficulté puisqu’ils ne peuvent pas prendre tous leurs repos, ne pourront concilier les rythmes de travail que vous leur imposez avec leur vie de famille.

Pour toutes ces raisons, la CGT Cochin, majoritaire à Cochin, s’oppose résolument et farouchement à votre projet de réorganisation du temps de travail.

[Cette déclaration s’adressait à Martin Hirsch. Celui-ci a été retenu au Siège par la CGT lors d’une instance centrale. C’est donc à l’un de ses adjoints, M. Antonini, que la CGT Cochin s’est adressée. Lors des échanges, M. Antonini a clairement signifié que si sur un plan juridique, le projet de Martin Hirsch doit effectivement répondre aux règles de l’accord majoritaire, il a en revanche le droit de l’imposer en tant que Directeur Général.]

La lutte continue !