Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Lettre ouverte au Directeur Général de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

mercredi 15 juin 2016 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint

NOUS CONDAMNONS LES EXACTIONS DE CASSEURS EN MARGE DES MANIFESTATIONS
NOUS EXIGEONS L’ARRET IMMEDIAT DE LA CASSE SOCIALE, DES LOIS GOUVERNEMENTALES ET DE VOTRE REFORME


Monsieur le directeur général de l’AP-HP,


Dans ce contexte de conflit social majeur dans le pays et à l’AP-HP, nous tenons à vous interpeller.
Tout d’abord vous dire combien nous sommes révoltés par la violence organisée lors des manifestations par des personnes qui jalonnent les parcours avec de plus en plus d’exactions.
S’attaquer à la « Maison de Solène » à Cochin et à l’hôpital pédiatrique Necker Enfants Malades, quoi de mieux pour retourner l’opinion. C’est bien aussi la preuve que ces casseurs ne sont pas là pour promouvoir les services publics et l’intérêt général que nous défendons dans notre lutte contre la loi El Khomri.
Nous sommes révoltés par ces actes de vandalisme perpétrés (abris bus, biens privés etc.) en toute impunité de Port-Royal (Cochin) jusqu’à Duroc (Necker) en avant de la manifestation, et surtout surpris de l’inefficacité, voire l’absence d’intervention des forces de l’ordre.


Notre organisation dénoncera ces violences et la stratégie menée, car enfin il n’est pas donné à n’importe quel quidam de pouvoir descendre des baies vitrées de l’épaisseur d’un mur d’un bâtiment public sans être inquiété plus que ça !


Nous avons lu avec attention votre lettre, mais tout comme Madame la ministre vous semblez faire un amalgame de responsabilité avec les organisations syndicales, ou tout du moins nous notons l’absence de votre part de dissociation claire entre casseurs et manifestants.
Nous affirmons que la CGT ne cautionne en aucun cas ces violences gratuites de la part de quelques individus inconnus de nos rangs. Ceci d’autant qu’elles ont touché cette fois-ci des établissements de santé. Ce sont des actes qui n’ont comme objectif que de tenter de discréditer le mouvement qui combat la loi travail que le gouvernement s’obstine à mettre en place...
Ces actes odieux de vandalisme détruisent des biens publics, et à l’arrivée des cortèges provoquent la riposte des forces de l’ordre qui répondent à ces agressions, mais en s’en prenant surtout aux militante-s, syndiqué-e-s et salarié-e-s qui défilent paisiblement.
Dans le cortège d’hier des membres de la fédération CGT ont été blessés pendant qu’ils soignaient une personne à terre. D’un côté, les casseurs brisent les vitres d’un hôpital sans être gênés, et de l’autre des CRS chargent, gazent des soignants pendant qu’ils assistent et secourent des victimes !


Il faut surtout rappeler que ce cortège gigantesque composé de plusieurs centaines de milliers de personnes, actifs, retraités, jeunes, associations de citoyens, syndicalistes (dont plus de 500 hospitaliers de l’AP-HP derrière la banderole de l’USAP-CGT), exerçait simplement son 
 droit de grève et d’expression, de manière pacifique et responsable .


Nous ne laisserons pas le gouvernement et le premier Ministre criminaliser le mouvement social et rejeter la responsabilité des actes de vandalisme sur les acteurs du mouvement social. C’est aux autorités préfectorales d’assurer la sécurité et les biens publics en marge de la manifestation.

Nous n’accepterons pas que sous couvert d’exactions en marge des manifestations, le gouvernement et les autorités proclament des interdictions de manifestation.
Force est de constater que médiatiquement, on ne retient que les actes de violences et que l’on fait l’impasse sur la véritable origine du mouvement social : le passage en force d’une loi que la plus grande majorité de la population et des travailleurs rejettent en exigeant l’arrêt d’une politique autoritaire et d’austérité.
Cette politique génère des mouvements sociaux et a des conséquences sur le pays. De fait, ces conséquences sont moins spectaculaires médiatiquement que les vitres brisées et les violences que nous jugeons inacceptables, nous les défenseurs de l’hôpital public et des intérêts de la population et de nos collègues.

Ceci dit, nous tenons à réaffirmer que la politique de Mme Touraine que vous appliquez met à terre des pans entiers de l’hôpital public et de l’offre de soins, aggrave durablement les conditions de travail de nos collègues et l’accès aux soins des usagers, et constitue, elle, une véritable violence exercée contre les citoyens !


Citons les hôpitaux pour personnes âgées Paul Doumer et Adélaïde Hautval, mais aussi aujourd’hui l’hôpital du polyhandicap pédiatrique de la Roche Guyon. C’est aussi à l’AP-HP, l’anticipation de la loi El Khomri avec votre réforme de l’OTT (ultra-minoritaire et passée en force avec la complicité de la CFDT) et les futurs GHT de la Loi Touraine.


Nous vous le réaffirmons, le mouvement social au niveau national et à l’AP-HP est vital pour s’opposer aux régressions sociales imposées par ce gouvernement aux salariés et à la population.
Vous nous rappelons que toutes les grandes conquêtes sociales sont issus de tels mouvements sociaux d’ampleur, et c’est pour cela que nous ne lâcherons pas …


Nous condamnons tous les actes de vandalismes des casseurs et nous condamnons la violence sociale engendrée par les décisions politiques imposées au pays en dehors de tout respect de l’expression majoritaire syndicale, citoyenne ou politique.


Nous prenons acte de votre proposition d’audience bilatérale pour le 22 juin 2016 et nous vous confirmons notre participation.


Nous estimons que le respect des droits et de la condition sociale des agents, le dialogue social que vous semblez prôner, se gagnent lorsque les parties en présence ont toutes les deux au coeur de leurs préoccupations le développement du « SOCIAL dans le SENS du PROGRES » : nous espérons que vous êtes dans cette disposition-là pour notre future rencontre.

L’USAP-CGT se rendra à ce rendez-vous en toute responsabilité dans ce contexte et, comme nous l’avons toujours été, porteurs de nos projets et de nos propositions dans l’intérêt des salariés de l’AP-HP et de notre service public.


Dans l’attente de vous parler directement de ces sujets, recevez Monsieur Martin Hirsch, nos sincères salutations.


POUR L’USAP-CGT
La secrétaire générale
Rose May Rousseau