Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

PERSONNEL OUVRIER 2011 ANNEE DE TOUS LES DANGERS

mercredi 2 mars 2011 par Fabrice Miennée P.O.

Les rapports Lepère et De la Lajonchére ont défini le contour des rôles et missions des personnels ouvriers à l’APHP, ceux ci n’ont pas été approuvés et encore moins validés par la CGT. L’objectif principal de ces rapports étant de privatiser des pans entiers de la maintenance technique (maçons, peintres, menuisiers) sur l’ensemble des établissements de l’APHP. Ces rapports s’inscrivent et s’imbriquent vis-à-vis de la loi Hôpital Patient Santé Territoire, c’est la recherche d’emplois à géométrie variable, avec des notions de « besoin permanent » et « besoin temporaire » sur des missions.
La notion même du service public de santé est dénaturée, vidée de son contenu pour faire face à une notion de mission ‘intérêt général avec des emplois de CDD qui seront régis selon une convention collective de travail. Cette future disposition est à l’étude dans les tiroirs du ministre de l’emploi, du travail et de la santé et sur les trois versants des trois fonctions publiques (FPE-FPT-FPH).La future loi concernant les emplois en CDD en passage en CDI est un leurre, car il ne garantie pas à la même hauteur la garantie de l’emploi statutaire de titulaire, car un CDI peut être interrompu !

Pour mettre en œuvre la politique du ministre, la direction générale de l’APHP sous couvert de l’ARS et du ministère de la santé agit sur deux dispositifs, sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et également des métiers, et sur les ressources aux fluctuations de l’activité et la préparation des restructurations. Ces deux indicateurs macro économiques sont le fil rouge à moyen terme de la privatisation, des secteurs tel le SCA-SMS-AGEPS Blanchisserie, Restauration Cela s’appelle le projet MOSI, volet technique et logistique de la suppression des services dits « supports ».
Cette réforme en profondeur, commence à faire jour, avec des répercussions sur l’organisation du travail et l’état de santé au travail des agents. Le concept de travail de qualité est détruit au profit de deux facteurs, la quantité de la production, la rapidité technique, le tout dans le seul objectif de rentrer d’avantage de recettes, au détriment de la sécurité et de la qualité de la maintenance des hôpitaux.

La recherche effrénée de l’’argent roi, modifie le concept du service public de santé. Sur le fond, les facteurs, dit de restructurations, de la gestion des emplois, et de rentabilité sont des outils amenant à la privatisation et à une attaque sans précèdent du statut particulier de l’APHP des personnels ouvriers et techniques.

La CGT est force de propositions revendicatives, pour reconquérir des parts de marchés concédées au secteur privé.
A l’ordre du jour, nous revendiquons un plan emplois formations basé sur les vrais besoins exprimés par les professionnels de la catégorie.

  • Des emplois statutaires titulaires et qualifiés
  • Des formations basées sur les nouvelles technologies au travail.
  • La véritable reconnaissance de la qualification et du déroulement de carrière.
  • Des salaires prenant en compte la qualification et la pénibilité au travail.

La CGT tire la sonnette d’alarme, un hôpital sans ou peu de personnel ouvrier et technique, c’est comme un hôpital sans urgences ! Ça craint pour le devenir du service public de santé, pour les malades, les usagers et les professionnels de l’hôpital qui y travaillent. Oui il y a véritablement priorité en la matière face aux enjeux de notre société, il est urgent de rouvrir de véritables négociations sur cette catégorie.