Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Point sur les Urgences de Cochin

mardi 18 février 2014 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint, Marise Dantin Secrétaire Générale

Depuis le 4 novembre 2013, les Urgences de Cochin accueillent entre 20 et 30 patients supplémentaires par jour, en moyenne. Un pic d’affluence est particulièrement sensible les samedis et dimanches. Récemment, la CGT Cochin a organisé un mouvement de grève avec le personnel des Urgences. Plusieurs raisons le motivaient.

En dehors du problème d’affluence, les agents des Urgences étaient sans cesse sollicités pour le brancardage des patients d’une partie de Cochin à l’autre. En effet, notre hôpital est scindé par la rue St Jacques, rue très passante, et donc dangereuse à traverser, d’autant plus avec des brancards ou des fauteuils roulants. En outre, rappelons que la traversée d’une voie publique avec des patients médicalisés doit impérativement être encadrée par des accords avec l’ARS d’Île de France, ce qui n’est pas le cas pour Cochin. Les agents étaient donc non seulement en difficulté par rapport à leur service, mais de plus la Direction de Cochin les mettait hors-la-loi.
Les agents, conscients du danger tant pour les patients que pour eux-mêmes, ont donc obtenu, suite au mouvement social, de ne plus effectuer de brancardages nécessitant la traversée de la rue.

Par ailleurs, de longue date la CGT Cochin était intervenue à plusieurs reprises pour dénoncer l’insécurité des Urgences. Le personnel y est en effet en « première ligne » et confronté à de nombreuses situations conflictuelles. Il y subit souvent l’agressivité de patients déstabilisés. Or le personnel des Urgences a été laissé seul pour faire face à ces situations, la Direction faisant la sourde oreille et semblant ne pas se soucier de la sécurité de son personnel.
Nous avons obtenu qu’un vigile soit présent en permanence de 21H à 7H du matin dans la salle d’attente des Urgences, que les procédures de sécurité soient revues et optimisées, et que des rondes fréquentes soient effectuées dans les périodes d’affluence. Jusqu’à lors, le personnel devait se débrouiller seul pour aller porter plainte auprès des services de police, ce qui va à l’encontre de nos statuts. C’est en effet à l’administration de porter plainte et de protéger ses agents. La CGT Cochin informée de ces faits a obligé, avec l’appui du personnel, la Direction à faire enfin son travail.
Il est vrai que depuis le 4 novembre 2013 ces problèmes de sécurité se sont accentués puisque plus de patients « perturbés » arrivent aux Urgences de Cochin, faute de pouvoir aller dans d’autres structures d’urgences, puisque la politique de la Santé mise en place les ferme les unes après les autres.

Malgré les succès dus à la solidarité et la détermination des agents, la CGT Cochin reste vigilante. Surtout pour ce qui concerne le rapport activité/personnel…