Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Port-Royal : une rénovation ratée !

vendredi 4 octobre 2013 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint, François Sénac IDE, Marise Dantin Secrétaire Générale

Privé de toilettes, privé de salles de détente, condamné à arpenter des couloirs de 80 m de long, le personnel qui travaillera dans le nouveau bâtiment de l’hôpital Cochin (l’ancien bâtiment de la maternité qui s’appellera désormais Copernic) ne verra certainement pas ses conditions de travail s’améliorer.

C’est ce que les membres CGT du CHSCT ont pu constater le jeudi 03 octobre lors de la visite du bâtiment. La CGT Cochin a vivement protesté contre cette situation.

En effet, au 4e étage par exemple, la Direction n’a prévu qu’un seul poste de soins pour tout un étage de 80 m de long, soit deux ailes de 40 m. Les soignants seront donc obligés de multiplier les distances parcourues, ce qui va à l’encontre de toutes les études de pénibilité de la profession. D’autre part, cet éloignement pénalise l’efficacité des soins prodigués : la multiplication et la longueur des allers-retours rallongeront d’autant les temps d’intervention.

Epuisés, les soignants auront du mal à se poser dans leurs salles de détente : celles-ci sont petites voire minuscules et en nombre très insuffisant. Le message est clair : Pour la Direction, le personnel n’a pas le droit de prendre de pauses !

De même, le personnel n’a de fait plus le droit de perdre son temps à aller aux toilettes : elles sont excentrées et elles aussi en nombre très insuffisant. Par exemple sur un étage, la soignante qui aura envie d’uriner devra parcourir à peu près 50 m ! Dans certains secteurs de l’hôpital de jour, les patients ne seront pas mieux lotis.

L’organisation spatiale des services de ce bâtiment Copernic a été conçue uniquement pour satisfaire les exigences managériales de l’encadrement au mépris des patients et du personnel ! La Direction ne tient jamais compte des remarques pertinentes du personnel et de ses représentants de la CGT Cochin.

La CGT Cochin constate et combat cette dérive, déjà manifeste au PR1 et dans d’autres bâtiments récemment rénovés. Il est dommage d’investir autant d’argent pour remplacer des bâtiments fonctionnels (sur Cochin ou l’Hôtel Dieu) par des bâtiments d’où la dimension humaine a été exclue.

Décidément, pour la Direction les soignants sont bien des machines et les patients des matières premières destinées à être "rentables" !

Refusons cette politique productiviste, refusons d’être des machines dociles et affirmons nos valeurs humanistes avec la CGT Cochin !