Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Réunion pour le service de Réanimation Néonatologie, Soins Intensifs et Pédiatrie (PR1)

mercredi 9 mai 2012 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint

A la suite d’une pétition (voir article Du personnel pour la néo-nat de PR1 !) signée par 92 membres du personnel, les personnels des services de Réanimation Néonatologie, des Soins Intensifs et de la Pédiatrie (PR1) accompagnés de la CGT Cochin ont été reçus ce jour, 9 mai, à 18h00.

La réunion s’est tenue en présence du Chef de Service, de deux représentantes de la Direction et de la Cadre de Pôle. Cette dernière a tenté à plusieurs reprises de faire pression sur son personnel (lequel selon ses dires serait par exemple en partie responsable de l’importante rotation de personnel constatée parmi les infirmières..!). Néanmoins le personnel a pu exprimer les difficultés auxquels il se heurtait dans l’accomplissement de son travail, en raison notamment du manque de personnel. Le personnel nécessaire est "calculé" a minima, sans marge de sécurité en cas d’absence (maternité, maladie...) ou d’urgences (nécessité d’accepter des bébés en souffrance). Les heures dues, difficilement ou pas récupérables, sont en constante augmentation. Le personnel et les représentants CGT Cochin présents ont insisté sur la nécessité de prévoir cette marge de sécurité, d’une part, et la nécessité d’ouvrir les lits en fonction des pathologies (en effet, comme le répète depuis des années la CGT Cochin dans les instances, un patient n’égale pas un patient, tout dépend de sa pathologie qui peut être plus ou moins lourde).

En conséquence, il a été acté que le service s’en tiendrait à la règle de 24 lits pour 10 infirmières, et qu’il n’y aurait pas d’ouverture de lits tant qu’il n’y aurait pas de recrutement supplémentaire (sauf urgence médicale réelle).

Cependant le personnel et la CGT Cochin doivent rester vigilants. Par le passé, trop de dérives ont eu lieu... Et il y a de grands risques que l’on continue à demander au personnel de revenir sur ses congés, de faire des heures sup, lesquelles, une fois le quota réglementaire atteint (15h/mois pour les infirmières) se transformeront en heures dues impossibles à récupérer...

Avec la CGT Cochin, la vigilance s’impose !